IMG_9897.JPG

MUSETTE FORT

Un mariage inattendu où l’accordéon, devenu générateur de sons, se mêle aux fréquences des machines.

00:00 / 04:19


TRIGG (Extrait)
 

00:00 / 06:29


AQUARIUM (Extrait)
 

CLAIRE BERGERAULT : accordéon, voix, flûte

c_c (ÉDOUARD RIBOUILLAULT) : électronique

TIMOTHÉE CHABRILLAT : accordéon

CÉCILE TREHU : accordéon

JAN MYSLIKOVJAN : accordéon

AYMIE ZAHRA : accordéon

LAURENT SAVATIER : mise en son

Musette Fort est le nom d’un accordage spécifique pour l’accordéon, qui se caractérise par un décalage conséquent de fréquences associé à un très fort vibrato. 

Autrement dit, il s’agit de l’accordage le plus désaccordé et le plus puissant de cet instrument.  

 

Ce décalage est une des composantes de la proposition musicale de Musette Fort. Décalage de fréquences entre les différents instruments, entre l’électronique et les accordéons, mais aussi décalage esthétique de cet instrument spectral en même temps que populaire qu’est l’accordéon, et que l’on retrouve ici avec la musique électronique. 

 

Ce projet, imaginé par la musicienne Claire Bergerault, émane de son désir récurrent d’amener l’accordéon à des endroits où on ne l’attend pas.

 

« En respectant son histoire, mais en le propulsant dans un répertoire contemporain voire urbain, je l’utilise dans ma composition, comme une machine électronique pour qu’il devienne un générateur de sons ou de percussions fusionnant avec la musique électronique. »     

 

Musette Fort, né de leur rencontre au sein du projet des 100 non-accordéonistes, se compose de quatre accordéons (Timothée Chabrillat, Jan Myslikovjan, Cécile Tréhu, Aymie Zahra), une voix et accordéon (Claire Bergerault) et Édouard Ribouillault à l’électronique.

 

L’accordéon renvoie à une symbolique riche et particulière, capable de réminiscences sonores inconscientes. 

A travers différents tableaux, la musique de Musette Fort évolue comme si l’on contemplait un film d’une dramaturgie inattendue et fantasque ; plongeant le spectateur dans un univers onirique et singulier.


 Ce spectacle a été créé en mai 2021  à la Méca  (Bordeaux) dans le cadre d'une résidence soutenue par l' OARA (Office Artistique Région Nouvelle-Aquitaine)