lobe.jpg

LE LOBE

" Tout rassemblement de plus d'un individu me semble suspect "

G.J Wolman

CLAIRE BERGERAULT : direction

PIERRE BLAVETTE : flûtes

EMMANUELLE BOURIAUD : violon alto

NICOLAS BRASARD : wuwuzelas, mandoloncelle, alto, objets

FRANCK CADET : électronique, guitare préparée

LIONEL ESTUBLIER : tuba 

CLEMENT BERNY : trombone

XAVIER GARNIER : contrebasse, electronique 

ALAIN JOSUE : batterie, percussions

ELISE KUSMERUCK : violon 

OLIVIER LAPORTE : trombone

MATHIEU LEMAIRE : saxophones

LUCIE MOUSSET : voix ,otamatone

NELLY MOUSSET : voix, contrebasse 

FANNY PALLARD : violoncelle 

JEAN-LUC PETIT : saxophones, clarinette contrebasse

MEHDI RIGAUD : guitare slide, voix

JULIEN TOUERY : piano, claviers, objets

CECILE TREHU : violon

GUILLAUME VICHERY : cor 

Si l’oreille est un filtre, un réceptacle, le Lobe est un générateur de sons, puissant, sensible et vertébré. Cet ensemble de 23 musiciens improvisateurs a été créé en octobre 2010 sous l’impulsion de la chanteuse-accordéoniste Claire Bergerault.

Expérimentale, contemporaine, abrasive ou minimale, la musique du Lobe se situe à la frontière de l’écriture et de l’improvisation, l’une ou l’autre étant perpétuellement questionnée.

La matière sonore étant en constante évolution, il s’agit là de porosité, d’échanges et d’aller-retours entre les musiciens et la chef d’orchestre dans un cadre esthétique singulier définit autour d’un langage commun de signes propres à l’orchestre.

Pour autant, la direction par gestes n’est pas systématique. Elle est envisagée comme un chemin possible car c’est une musique qui s’écrit dans l’instant, dans l’écoute et dans le partage d’un même engagement.

La préoccupation du son est constante : le rapport entre l’électronique et l’acoustique, la spatialisation, la voix s’amalgamant au timbre orchestral sont autant de pistes à ce travail de recherche. L’intensité, l’opacité, l’épaisseur du son naissent de l’intention, du soin apporté au son aussi bien que du traitement que l’on veut bien lui accorder. Alors, la musique peut prend forme, dans un espace temps donné, élastique et transformable .

 

LE LOBE INTEMPORAL

Lobe Temporal.jpg

Dans notre cerveau, le Lobe temporal est le siège de nombreuses fonctions cognitives, dont l’audition, le langage, la mémoire, et la vision de formes complexes.  Le Lobe Intemporal se constitue des instruments à vent de l’orchestre Le Lobe.

 

Intemporal comme la durée toute subjective de notre perception du temps. La musique s’étire ou bien se concentre et se densifie en nous immergeant dans un espace élastique. La durée devient alors une notion relative qui nous fait oublier l’inéluctable sablier temporel.

 

« La force de Coriolis » est le nouveau projet de cet ensemble à vent.

 

La force de Coriolis est une force inertielle qui dévie la trajectoire d’un objet en mouvement à la surface d’un objet en rotation. En météorologie, cette force a pour conséquence de dévier toute masse d’air en mouvement vers la droite dans l’hémisphère nord et vers la gauche dans l’hémisphère Sud. Ce vent tournant est alors contraint par la force de Coriolis.

 

Dans cette pièce musicale jouée par le pupitre de vents du Lobe, il s’agira de rotation des instruments et de spatialisation. S’inspirer de cette force tellurique pour entrer dans l’œil du cyclone.

 

Pierre  BLAVETTE : Flûte

Claire BERGERAULT : Voix

Mathieu LEMAIRE : Saxophones

Jean-Luc PETIT : Anches

Olivier LAPORTE : Trombone

Clément BERNY : Trombone

Guillaume VICHERY : Cor

Lionel ESTUBLIER : Tuba

LE LOBE REPTILIEN

lobe reptilien.jpg

Reptilien, comme notre cerveau reptilien, archaïque et ancestral.

Ici, il n’y a pas de stratégie, il n’y a plus de pensée construite et normée.

Il est question d’invocation à ce qui il y a de plus primaire en nous, de moins subjectif. Un geste vital sans automatismes. Un retour à ce qu’il y a de plus enfoui, de plus inouï, de plus indicible.

Par le bois des instruments, les cordes, il s’agit de toucher au plus proche d’un sonore primitif qui par ses fils tendus, concordants ou discordants nous met dans la posture du funambule où tout peut arriver en permanence.

Claire BERGERAULT : Direction Artistique

Cécile TREHU : violon

Élise KUSMERUCK: violon

Nicolas BRASART: mandoloncelle, alto

Emmanuelle BOURIAUD : alto

Fanny PALLARD : violoncelle

Xavier GARNIER : contrebasse

Nelly MOUSSET : contrebasse

Mehdi RIGAUD : banjo, guitare slide